Suite du blog sur une nouvelle adresse

Coucou à tous !

Notre blog actuel ayant atteint sa capacité de stockage maximum, nous vous invitons à suivre la suite de nos aventures ici : tdasebetlolo2 (www.tdasebetlolo2.wordpress.com).

N’oubliez pas de cliquer sur « Suivre » afin de recevoir les prochains articles !

Lolo et Seb

Publicités
Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Au fil du Mékong…

IMG_6423

Chúc Mừng Năm Mới 2013 ! (traduisez par bonne et heureuse année 2013 !)

De retour du Cambodge, nous revenons au Vietnam pour la quatrième fois, cette fois en pleine fête du Têt (Nouvel An vietnamien), placée cette année sous le signe du Serpent. A Saïgon, ville que nous commençons par bien connaître, nous retrouvons avec joie les parents de Lolo et son frère qui sont venus nous rendre visite.

Nous tous sur la jonque Cochinchine, sur le delta du Mékong

IMG_6634

Pendant 4 jours, les Vietnamiens fêtent l’événement à grand renfort de fleurs qui inondent littéralement la ville. La plupart des commerces ferment et les rues de Saïgon sont pleines à craquer le soir, lorsque des hordes de scooters convergent avec frénésie vers le centre-ville illuminé, provoquant de gigantesques bouchons !

Enfants rejoignant un des nombreux défilés pour les festivités du Nouvel An

IMG_6455

Pagode bouddhiste dans l’enceinte du jardin municipal

IMG_6416

Marché de Ben Thanh où il faut savoir négocier sec sous peine de se faire plumer !

IMG_6784

… et marché de Cholon, au cœur du quartier chinois.

IMG_6778

Joueurs de cartes dans le marché de Cholon. Les Vietnamiens sont très joueurs !

IMG_6777

Faucilles et marteaux sont de sortie pendant la fête du Têt…

IMG_6788

Après quelques jours de flânerie à Saïgon, nous partons explorer le delta du Mékong, grâce à Haï (ami francophone du père de Seb) qui nous concocte une excursion aux petits oignons avec son agence de voyages qu’on vous recommande chaudement (www.lapalanche.com).

Nous passons une première journée à Cai Be, petite ville paisible du delta du Mékong, à une centaine de kilomètres au sud de Saïgon. Le delta du Mékong, paysage idyllique de rivières, de canaux et de ruisseaux, est la région la plus fertile du Vietnam.

Ici, une femme conduisant un « sampan », petit bateau à moteur typique du delta (notez le volant !)

IMG_6487

Après s’être installés au Mékong Lodge, magnifique écolodge sur les bords du Mékong, nous partons tous explorer à vélo les petits villages et les vergers aux alentours. Ici c’est la campagne profonde, on est loin de la frénésie et des klaxons de Saïgon, et les gens sont beaucoup plus souriants et accueillants !

Vue sur le Mékong Lodge

IMG_6621

Péniche Cochinchine arrimée près du Mekong Lodge

IMG_6507

IMG_6526

Le lendemain, nous visitons en bateau les environs de Cai Be, notamment un marché flottant et un marché terrestre typiques ! Sur le marché flottant, notez que la marchandise vendue est accrochée en haut d’une canne de bambou pour en informer les clients.

IMG_6543

IMG_6553

IMG_6555

Des cobras flottant dans l’alcool, il paraît que c’est aphrodisiaque évidemment ! Il faut quand même être motivé pour tester !

IMG_6578

IMG_6568

IMG_6595

IMG_6604

IMG_6605

IMG_6608

IMG_6609

Après une nuit au Mékong Lodge, nous embarquons sur la jonque Cochinchine 4 pour une croisière d’une nuit en direction de Can Tho, la plus grande ville du delta du Mékong et région d’origine de la grand-mère de Seb.

On est comme des coqs en pâte, tout est impeccable : les repas copieux et savoureux, les guides francophones très sympas, les paysages magnifiques, la balade à vélo sur une petite île luxuriante avec dégustation de fruits tropicaux, et les habitants souriants et amicaux ! On le répète, ça change de Saïgon !

IMG_6651

Pour notre dernière matinée sur le Mékong, nous visitons en sampan le marche flottant de Cai Rang près de Can Tho.

IMG_6697

Une station-service !

IMG_6720

IMG_6744

Le sampan nous dépose à Can Tho où nous rejoignons Dany, le père de Seb, qui arrive du Cambodge. Nous reprenons tous ensemble la route pour Saïgon où nous passons une dernière soirée avec les parents de Lolo et son frère, avant leur départ, autour d’une bonne table au restaurant Quan Nha Ngon.

Nous poursuivrons ensuite avec Dany et Haï notre route vers les montagnes du nord à la rencontre des peuples Hmong et Dao, comme vous le découvrirez dans le prochain article…

IMG_6751

Au fait, on se régale bien au Vietnam (cf. bonus culinaire) !

Catégories : Uncategorized | Un commentaire

Il était une fois le grand Empire khmer

IMG_6402

Après quelques jours d’émerveillement dans la capitale cambodgienne, nous prenons le bus pour Siem Reap, au nord-ouest du pays. Porte d’entrée des temples d’Angkor, cette ville animée était le centre de l’ancien Empire khmer qui régna du 9ème au 13ème siècle sur la région comprise entre la Thaïlande et le sud du Vietnam. Fortement influencée par l’Inde, la civilisation khmère fut hindouiste avant d’adopter la doctrine bouddhiste.

Le site sacré d’Angkor Vat, érigé au 12ème siècle (cf. photo ci-dessus), symbolise l’âge d’or de cette civilisation khmère. Construit par des milliers d’ouvriers et de tailleurs de pierre, il incarne la vision du monde propre à l’hindouisme: le monde est un carré entouré de massifs montagneux. Au milieu, une tour centrale représente le mont Méru, centre de l’univers où vivent les dieux. Autour du temple se trouvent les océans mythiques infinis représentés par des bassins.

Aujourd’hui, Angkor Vat et les centaines d’autres temples de la région accueillent de nombreux touristes, asiatiques pour la plupart, qui pour certains viennent s’y recueillir. Des équipes internationales travaillent à la restauration de ces édifices, parfois très endommagés par plus de mille ans de climat tropical.

A Siem Reap, on retrouve à nouveau notre ami slovène Igor qui parcourt le Cambodge avec sa compagne Irena. Pour visiter ensemble les temples les plus éloignés, on partage une voiture avec chauffeur (une fois n’est pas coutume) pendant une journée.

IMG_5531

On commence par les temples les plus anciens dits du « groupe de Roluos »,  construits au cours de la 2e partie du 9ème siècle. Le temple-montagne de Bakong fait partie de cet ensemble. Conformément à la symbolique de la mythologie hindoue, la pyramide de Bakong figure le mont Méru, centre de l’univers sur lequel vivent les 33 divinités.

IMG_5483

A la sortie du temple, Igor et Irena savourant un jus de canne fraîchement pressé.

IMG_5522

On visite ensuite le temple de Preah Ko à proximité.

IMG_5549

IMG_5538

IMG_5541

Inscriptions en sanskrit, langue sacrée de la civilisation brahmanique de l’Inde

IMG_5545

…et en khmer (à la sortie d’un autre temple), écriture dérivée du sanskrit.

IMG_5653

On découvre ensuite le magnifique temple en grès rose de Banteay Srei, dont les façades sont finement sculptées de scènes de la mythologie hindoue.

IMG_5614

IMG_5616

… avant de poursuivre avec le temple fortifié de Banteay Samre.

IMG_5662

IMG_5669

IMG_5659

IMG_5681

IMG_5690

On termine la journée par un coucher de soleil depuis le temple de Pre Rup, où le plus impressionnant reste la horde de touristes massés au sommet de l’édifice !

IMG_5715

Malgré la chaleur écrasante qui règne en ce mois de janvier (on est en pleine saison sèche), on se dit qu’un peu de sport nous ferait le plus grand bien. Dès le lendemain, nous louons des VTT et partons explorer la campagne au sud de Siem Reap. Au détour d’un chemin poussiéreux, on tombe sur un petit temple sans prétention, le Wat Athwea. Ici, on est bien loin des hordes de touristes qui se pressent sur les sites d’Angkor…

IMG_5729

IMG_5731

Drapeaux bouddhistes flottant près d’une rizière

IMG_5717

Pur moment d’authenticité…

IMG_5742

Après cet échauffement, on s’attaque dès le lendemain à la visite des temples situés sur la grande boucle (environ 25 km) en commençant par le Ta Prohm, envahi par la jungle et les racines de gigantesques fromagers. C’est ici, entre autres, qu’ont été tournées certaines scènes du film Tomb Raider avec Angelina Jolie !

IMG_5799

IMG_5865

IMG_5856

IMG_5746

IMG_5773

On visite ensuite le temple de Banteay Kdei

IMG_5959

IMG_5924

IMG_5932

Ici une Apsara, nymphe céleste représentée sur de nombreux bas-relief.

IMG_5931

IMG_5940

IMG_5949

Face à ce temple se trouve le Sra Srang, un immense bassin d’ablutions réservé à la famille royale. Ici comme partout, des enfants vendent des cartes postales et autres souvenirs pour les touristes.

IMG_5966

On visite ensuite le Ta Som et notamment la magnifique porte arrière de son enceinte, elle aussi envahie par les racines.

IMG_5977

Autre temple envahi par les racines, le Preah Khan.

IMG_6024

IMG_6043

IMG_6019

On entre ensuite dans l’enceinte de la plus grande cité royale, Angkor Thom. Ici la porte sud.

IMG_6105

Cette cité royale fut construite par Jayavarman 7 à la fin du 12ème siècle et au début du 13ème siècle, après Angkor Vat. À l’intérieur de cette enceinte, on trouve des ruines de palais et de temples envahies par les arbres, et des voies de circulation interdites aux gros bus.

IMG_6108

IMG_6111

IMG_6139

IMG_6274

IMG_6157

Ci-dessous, le temple du Baphuon se trouvant dans l’enceinte d’Angkor Thom, au sud-ouest.

IMG_6113

IMG_6119

IMG_6125

La Terrasse des Eléphants ci-dessous était probablement une terrasse d’apparat, du haut de laquelle le roi Jayavarman 7 regardait défiler son armée victorieuse. Elle mesure 300 mètres de long et 3 à 5 mètres de hauteur.

IMG_6137

IMG_6146

IMG_6149

Le joyau d’Angkor Thom est sans conteste le Bayon. Temple central d’Angkor Thom, c’est un impressionnant monument avec des tours à visages dédié au Bouddha.

IMG_6184

IMG_6226

IMG_6244

IMG_6236

Autre représentation d’Apsaras

IMG_6191

Ci-dessous, bas-relief représentant le roi muni d’un arc sur un éléphant de combat, accompagné de son armée écrasant l’ennemi.

IMG_6196

IMG_6187

En sortant d’Angkor Thom en direction d’Angkor Vat, nous tombons par hasard sur un éléphant transportant des touristes devant le temple du Baksei Chamkrong.

IMG_6284

Toujours à vélo, nous terminons notre séjour par la visite d’Angkor Vat, véritable lieu de pèlerinage pour les bouddhistes, et passage incontournable pour le touriste. C’est le plus grand temple d’Angkor. Construit au début du 12ème siècle par Suryavarman 2, il fut temple d’État et capitale. C’est l’un des seuls temple à être resté un important centre religieux depuis sa création, d’abord hindou puis bouddhiste.

IMG_6313

IMG_6356

IMG_6344

IMG_6368

IMG_6355

IMG_6394

Ainsi s’achève notre fabuleux voyage au Cambodge… inoubliable !

Nous sommes actuellement à Hanoï au Vietnam et vous concoctons un super article sur le vrai visage du pays, au sud et au nord…

Gros bisous à toutes et à tous !

Catégories : Uncategorized | 2 Commentaires

Phnom Penh la zen

DSCF7927

Drapeau du Cambodge avec au centre, le temple d’Angkor Vat, que nous vous ferons découvrir dans le prochain article !

Après un début d’année en beauté à Singapour, nous nous sommes à nouveau envolés pour Saïgon où nous avons retrouvé nos petites habitudes dans le quartier routard : la guesthouse de Madame Cuc, nos petites gargottes de rue tellement meilleures que la plupart des restos, les commerçants du quartier, etc. On a également retrouvé nos amis franco-indonésien Guillaume et Caro qui partent bientôt s’installer en Chine après 9 ans passés au Vietnam.

IMG_5286

De Saïgon, on a pris un bus pour rejoindre Phnom Penh au Cambodge. Après 6 heures de route et un petit arrêt au poste frontière de Moc Bai pour obtenir nos visas, nous arrivons à Phnom Penh, capitale du Cambodge. Et là, c’est une révélation ! Cette ville de 2 millions d’habitants, qui s’étend au confluent du Tonlé Sap et du Mekong, est étonnamment paisible malgré l’épisode tragique des Khmers Rouges qui l’a presque entièrement dépeuplée entre 1975 et 1979. Les sublimes pagodes aux toits dorés et les moines bouddhistes drapés dans leur robe safran qui parcourent les rues, à pied ou à l’arrière d’une mobylette, confèrent au lieu une atmosphère sereine.

DSCF7879

DSCF7890

IMG_5347

Un tuk-tuk typique du Cambodge avec en arrière plan, les bâtiments composant le temple Vat Ounalom.

DSCF7830

Intérieur de la pagode du Vat Ounalom avec au fond, les offrandes pour les Bouddhas, et à gauche, des moines étudiant sur ordi-portable…

DSCF7837

DSCF7853

Lolo dans l’enceinte du temple.

On s’installe dans une charmante guesthouse familiale, Europe Guesthouse, tenue par un couple de Franco-Khmers installé au Cambodge depuis 2009. Seng, le propriétaire des lieux, est aux petits soins pour ses clients. En l’absence de chambre disponible pour les dernières nuits passées chez lui, il nous aménage au dernier étage un « loft » sur mesure avec terrasse !

IMG_5478

Les deux petites filles de Seng.

On retrouve notre ami Valery, installé ici depuis quelques mois et qui nous fait découvrir cette ville dont il apprécie tant la douceur de vivre. On fait aussi la connaissance de Aude (cousine de Laëtitia, l’amie de Seb), Hervé et leurs deux enfants, nouveaux expatriés Français au Cambodge.

IMG_5453

Val, Lolo et Seb devant le monument de l’Indépendance (obtenue en 1953 après la guerre d’Indochine)

Les photos qui suivent donnent un aperçu du centre-ville de Phnom Penh.

IMG_5418

IMG_5362

DSCF7924

Pêcheurs au bord du Tonlé Sap, chenal reliant le lac Tonlé Sap (au nord du Cambodge) au Mékong.

DSCF7905

IMG_5358

La « croisette »

IMG_5360

Une de nos gargotes où l’on mange pour trois fois rien (cf. bonus culinaire)

IMG_5367

Machine pressant la canne à sucre pour en obtenir le jus.

IMG_5448

L’écriture Khmer est considérée comme l’une des langues les plus anciennes du sud-est asiatique. L’alphabet repose sur le Brahmi, une ancienne écriture du sud de l’Inde.

DSCF7860

Vue sur le Palais Royal, résidence officielle de l’actuel roi Sihamoni.

IMG_5342

L’un des édifices composant les nombreux bâtiments du Palais Royal. Au centre, le portrait du défunt roi Norodom Sihanouk, décédé en octobre dernier et dont les funérailles sont en cours à Phnom Penh.

IMG_5290

IMG_5333

IMG_5382

Au cœur du Palais Royal avec à gauche, la Pagode d’Argent qui doit son nom aux 5000 dalles d’argent qui composent son sol.

IMG_5397

IMG_5404

IMG_5405

Armoiries du Cambodge

IMG_5409

IMG_5376

Carte de l’ancien Empire Khmer à son apogée, au 12ème siècle. Selon les périodes, l’Empire était constitué des actuels Cambodge, Laos, Thaïlande, sud du Vietnam et une partie de la Birmanie et de la Malaisie.

IMG_5365

Un des édifices composant le Palais Royal.

Nous visitons aussi le Musée National, construit dans le respect de l’art khmer par les Français en 1920 et qui regroupe une superbe collection de sculptures khmères.

IMG_5433

IMG_5443

Pose « à l’asiatique » dans un tuk-tuk !

IMG_5463

Nous visitons également le magnifique temple Vat Langka.

IMG_5466

IMG_5462

Lion, gardien du temple

IMG_5464

Les Nâgas (serpents) sont très souvent représentés dans la religion hindouiste.

IMG_5468

Autel au sein du temple.

Après 10 jours dans la capitale, nous prenons la route en direction de Siem Reap, porte d’entrée des temples d’Angkor dont vous découvrirez la splendeur dans le prochain article.

Affectueuses pensées à vous tous !

Catégories : Uncategorized | 3 Commentaires

Singapour, la perle du sud-est asiatique

IMG_5031

Débarquer dans la cité-Etat de Singapour après presque 8 mois d’Indonésie, c’est un peu comme changer d’époque. Un virage à 180 degrés. A peine arrivés à l’aéroport de Changi, ultra moderne et bien conçu, on imagine facilement la suite. Prospère et futuriste, la cité-Etat affiche fièrement sa réussite économique, qu’elle doit à sa situation maritime exceptionnelle (c’est le 1er port de conteneurs au monde et le 2ème port mondial en terme de tonnages) et ses exportations de haute technologie. Sa population, composée majoritairement de Chinois mais aussi de Malais et d’Indiens, dispose d’un très haut niveau de vie, ce qui vaut à Singapour le surnom de « Suisse d’Asie ». Autre surprise en arrivant d’Indonésie, la propreté extrême des lieux publics : métro, toilettes, tout est impeccable… Il faut dire aussi que des amendes dissuasives sont infligées à ceux qui jettent des emballages ou des mégots par terre, importent et consomment du chewing-gum, mangent ou boivent dans les bus et métros, etc.

Mais la médaille a son revers, le pays conserve un régime autoritaire depuis son indépendance en 1965 et on est prié de ne pas critiquer la famille au pouvoir depuis cette date… Les opposants au régime subissent une politique de harcèlement systématique qui oblige certains à s’exiler. La peine de mort par pendaison est toujours en vigueur : 420 détenus auraient été pendus entre 1991 et 2004, principalement pour trafic de drogue (quiconque pris en possession de plus de 15 g d’héroïne, 30 g de morphine ou 500 g de cannabis est passible de la peine de mort). Singapour recourt également au châtiment corporel à coups de canne pour des infractions au code pénal (vandalisme, non renouvellement de titre de séjour, etc.)… bref, on ne rigole pas tous les jours dans la cité-Etat.

C’est dans « Little India », le quartier indien au nord de la ville, que l’on s’installe pour quelques jours, au milieu des clubs bollywood, des marchés aux épices et des boutiques d’électronique en tout genre. C’est l’Inde à deux pas du centre-ville.

Un des nombreux petits immeubles colorés qui composent le quartier indien.

IMG_5112

Dès notre arrivée, on se précipite au sommet du Marina Bay Sands, le gigantesque complexe formé de 3 hôtels de 55 étages surmontés d’une terrasse possédant la plus longue piscine en altitude du monde ! Le gigantisme à la singapourienne ! On aurait bien aimé y passer la soirée du Nouvel An, mais les entrées sont déjà vendues depuis plusieurs mois…

Le Marina Bay Sands illuminé pour les festivités du Nouvel An

IMG_5069

… et sa célèbre piscine en altitude !

IMG_4973

Du haut, on a une vue imprenable sur la baie (les 2 bulles, ce sont les serres du jardin botanique)

IMG_4966

Outre le complexe hôtelier de 2600 chambres, on y trouve également un casino, un centre des congrès et même un centre commercial dans lequel on peut naviguer en gondole (eh oui, les Singapouriens ont l’âme romantique) !

IMG_4965

D’ailleurs, Singapour est le paradis des centres commerciaux. Le shopping est un des passe-temps favoris de ses habitants. Ici le centre commercial Ion Orchard et la sortie de métro Orchard.

IMG_5130

On profite de notre passage dans la cité-Etat pour revoir nos amis singapouriens Nancy et Roy, rencontrés par Lolo pendant son stage de fin d’étude à Singapour. Ils nous invitent au Paradise Dynasty, un excellent restaurant de « dimsums » (délicieux mets cuits à la vapeur) dans le quartier d’Orchard. En arrière plan, les cuisiniers qui préparent tout à la minute !

IMG_4987

C’est à tel point succulent qu’on y retourne le surlendemain avec Valery, notre ami de longue date, installé depuis peu au Cambodge, qui nous a rejoints pour quelques jours. On est tellement accro à ce restaurant qu’on y retournera même une troisième fois, tous les deux !

Val devant une farandole de dimsums (plus de photos dans la page culinaire!)

IMG_5020

C’est avec Val, justement, que nous assistons aux festivités du Nouvel An sur Marina Bay. Avant le compte à rebours de minuit, on déguste un « hainan chicken rice », plat de poulet et de riz d’origine chinoise (très répandu dans la cuisine singapourienne), au « food-court » de Gluttons Bay. Pour les non-initiés, un food-court est un lieu où sont réunis plusieurs stands de restauration. On en trouve à tous les coins de rue à Singapour.

Vous vous laisserez bien tenter par une omelette aux huitres ? C’est délicieux !

IMG_5077

Aux 12 coups de minuit, le feu d’artifice illumine la baie. Magnifique mais un peu court, dommage… Pour fêter dignement la nouvelle année, Val et Seb entreprennent d’aller trinquer à la Tiger (bière locale) avec les clients du food-court.

IMG_5074

IMG_5083

IMG_5088

Le lendemain, pas très frais, on retourne sur la terrasse de Marina Bay Sands avec Val…

IMG_5097

… où il retrouve un ami de prépa, Emmanuel, qui travaille dans un cabinet d’avocat de Singapour.

Val, Lolo, Emmanuel, sa compagne Singapourienne et Seb, au coeur du Marina Bay Sands.

IMG_5106

Au bout de quelques jours, on est frappé par la quiétude de cette ville de plus de 5 millions d’habitants. Malgré la foule qui se presse dans le métro et les centres commerciaux, on ne ressent aucune tension, aucune agressivité entre les gens, jamais un cri ne retentit. La courtoisie est de mise partout. Tout fonctionne parfaitement, tout semble si parfait. C’est à la fois déconcertant, impressionnant et intriguant pour nous Occidentaux. Un modèle à suivre ?…

Pour terminer notre séjour en beauté, on s’offre une journée dans le parc d’attraction d’Universal Studios sur l’île de Sentosa, une des 64 autres petites îles qui composent Singapour. Ce parc à pour thème les films d’Universal (comme Jurassic Park, Transformers, Shrek, La Momie, Waterworld, etc…)

IMG_5139

Un Merlion coloré, à l’entrée du parc. Ce lion à queue de poisson est l’emblème de Singapour.

IMG_5140

Pour ceux qui s’y connaissent un peu, voici le château de Shrek

IMG_5169

Attraction pour enfants, toujours dans le pays de Shrek…

IMG_5179

Ici, même les moines bouddhistes s’amusent !

IMG_5166

Lolo posant devant une authentique Ford des années 60.

IMG_5180

Décor d’un spectacle post-apocalyptique inspiré du film Waterworld (1995 avec Kevin Costner). Super show, avec bateaux, jet-skis, explosions… génial !

IMG_5151

Et pour la petite anecdote, certaines attractions à sensations fortes (qui valent le détour) sont déconseillées aux personnes souffrant du mal de mer !

IMG_5197

On a passé une journée formidable, même si Europapark (en Allemagne, près de la frontière alsacienne) reste pour nous de loin le meilleur parc d’attractions ! Pour ceux qui connaissent, vous savez qu’on a raison !

Ainsi s’achève notre court séjour à Singapour. Nous reprenons le chemin du Vietnam où des rencontres familiales et amicales nous attendent… Nous sommes actuellement de retour à Saïgon, bien plus rock’n’roll que Singapour !

A bientôt pour la suite de nos aventures !

Catégories : Uncategorized | 4 Commentaires

L’Indonésie c’est fini !

IMG_4439

Dans ce dernier article consacré à l’Indo, vous trouverez du fun, beaucoup de plongées, du rafting, des fiestas et tenez-vous bien, le record mondial de l’arbre de Noël sous-marin le plus profond…. hé oui on était là !

Ça y est, on quitte Bali après 2 mois à Sanur et un diplôme de divemaster en poche, grâce auquel on peut désormais travailler dans le monde de la plongée !  Que de chemin parcouru depuis notre premier baptême de plongée il y a 2 ans et le début de notre formation en juillet dernier sur les iles Gili ! Ces deux derniers mois ont été rythmés par la vie du club de plongée, les cours pratiques et théoriques et les nombreuses plongées à l’est et au sud de Bali… mais aussi les « magic nights » hebdomadaires où le « staff » et les clients se retrouvent autour d’une bière et des spectacles de magie assurés par Toto, un instructeur du club. Tout ça sans oublier les soirées à thème sous la houlette de Mini, la patronne danoise du club sans qui Crystal Divers ne serait pas ce qu’il est ! Un parfait mélange de professionnalisme et de fun, voila ce qui caractérise Crystal Divers !

Enterrement de vie de garçon de Robin, un instructeur du club.  A gauche Ivan, instructeur suisse-allemand, Rob notre instructeur canadien francophone, au centre Robin (avec le canard à roulettes!) instructeur suédois, André également instructeur suédois et Seb.

photo enterrement Robin 31oct2012

Soirée Halloween !  Avant que Lolo ne commence sa formation, Seb avait pour « buddy » (binôme) Jenn, une ravissante Malaise d’origine chinoise… Avouez qu’il aurait pu plus mal tomber ! Jenn, Lolo et Mini, la super patronne du club déguisée en vampire ! Et en arrière plan avec les lunettes, Claude un Suisse-Allemand avec qui on a aussi passé de très bons moments.

IMG_3528

Ici à l’occasion d’Halloween, Seb et Jenn ont sculpté cette citrouille qui finira sur les tables du resto du club pour la soirée spéciale…

IMG_3490

Ivan notre pote Suisse-Allemand

IMG_3523

Desmond, le copain de Jenn fraîchement certifié instructeur, avec Seb

IMG_3530

Kwok-zu, un instructeur chinois avec qui nous avons eu l’occasion de travailler pendant notre formation. Même si nous avions un instructeur référent (Rob), nous avons assisté plusieurs instructeurs dans le cadre de notre formation.

IMG_3502

Max, un Espagnol en plein exercice de sauvetage dans le cadre de son cours de « Rescue », avec Lolo qui joue le cobaye inanimé.

IMG_3508

Les photos qui suivent sont prises à Tulamben, un site de plongée très réputé à l’est de Bali. On y trouve en effet l’épave d’un cargo américain torpillé par les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais comme vous le constaterez, il n’y a pas que l’épave à découvrir à Tulamben…

Amin, un divemaster indonésien du club, près d’une cage à oiseaux et des petites statuettes

Amin

Vue d’une partie de l’épave

Epave du USAT Liberty, Tulamben

Une sirène, et oui ! C’est une vraie sirène professionnelle que nous avons croisée en plein tournage à 15 mètres de profondeurs !

IMG_3961

Lolo qui cartographie une partie du site dans le cadre de notre formation

IMG_4252

Des crevettes nettoyeuses qui trépignent de joie lorsqu’une bouche se présente… Elles y rentrent et vous nettoient les dents comme elles le font pour les poissons !

IMG_4728

Rob en « sidemount » (portage latéral des bouteilles) au dessus d’une structure métallique en forme d’avion qui constitue un véritable écosystème (coraux, poissons, etc.)

Rob en side-montain

Coraux sur l’épave

Tulamben Wreck

  Et la 100ème plongée de Seb.. ! La tradition veut qu’elle se pratique nu comme un vers, mais pour vous, Seb fait une petite entorse à la tradition !

100ème

Toujours à Tulamben, nous avons eu le plaisir et le privilège de participer au record mondial de l’arbre de Noël sous-marin le plus profond : 37,5 mètres ! Ce record a été lancé à l’initiative de Mohamed, un instructeur d’origine iranienne qui vit à Bali et mène de nombreuses actions en faveur de la liberté de pensée et de religion. L’événement a même été retransmis à la télé balinaise sur Bali TV

… et sera bientôt dans le livre Guinness des records !

Nous avons tout d’abord déposé un socle de béton d’une vingtaine de kilos à une profondeur de 37,5 mètres…

IMG_4549

… puis décoré le sapin avec des boules et des tubes fluorescents (Rob, Robin, Asmui, un instructeur balinais, et Sandra, la copine de Rob et instructrice suisse-allemande)

IMG_4599

Mise à l’eau du sapin (en deux parties)

IMG_4608

Et nous voici tous à 37,5 mètres !

IMG_4677

Après avoir pris soin de photographier les ordinateurs de plongée pour attester la profondeur de l’exploit, nous avons remonté le sapin à 18 mètres près de l’épave…

IMG_4683

…où il restera quelques jours avant d’être sorti de l’eau.

IMG_4709

Tous les participants à cette journée, à l’exception de Seb qui prenait la photo : Toto l’instructeur-magicien balinais, Nico instructeur balinais, Mohamed l’instigateur et réalisateur du projet, Robin, puis un instructeur Balinais, Sandra, Jack instructeur alsacien fraîchement diplômé avec qui nous avons passé de bons moments, Asmui, Rob notre instructeur, Lolo, et deux instructeurs Balinais.

IMG_4604

Et pour changer de la plongée, on a fait une petite sortie rafting dans les environs d’Ubud, au centre de l’île, en compagnie de Rob, Sandra et Ivan.

Nous deux avec un couple d’Allemands avec qui nous partagions le raft.

IMG_4057

IMG_4056

IMG_4074

Petite pause des grands sportifs…

IMG_4070

DSC_0007

Le clou du spectacle, la descente finale d’une hauteur de 4 mètres !

d (6)

Et pour finir, à la demande de nos amis les Dubois, voici un petit aperçu de la faune sous-marine balinaise. La plupart de ces clichés ont été pris sur les sites de Tulamben.

Murène léopard (Gymnothorax favagineus )

Gaterin à rubans (Plectorhinchus polytaenia)

Antennaire tacheté juvénile (Antennarius maculatus)

Baliste bleu (Odonus niger)

Banc de carangues

Banc de carangues

Barracuda (Sphyraena barracuda)

Barracuda (Sphyraena barracuda)

Chélidonure (Chelidonura varians)

Gaterin géant (Plectorhinchus albovittatus)   IMG_4494

IMG_4770

Mérou croissant à bord blanc (Variola albimarginata)

Mérou croissant jaune (Variola louti)

Mérou marbré brun (Epinephelus fuscoguttatus)

Mérou marbré brun (Epinephelus fuscoguttatus)

Murène à liséré jaune (Gymnothorax flavimarginatus)

Murène léopard (Gymnothorax favagineus )  Murène ruban (Rhinomuraena quaesita)

Napoléon (Cheilinus undulatus)

Nason zébré (Naso vlamingii)

Nudibranche (Nembrotha rutilans)

Perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum)

Perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum)

Poisson cocher commun (Heniochus acuminatus)

Poisson-ballon griffonné (Arothron mappa)

Poisson-fantôme arlequin (Solenostomus paradoxus)

Poisson-fantôme arlequin (Solenostomus paradoxus)

Poisson-fantôme arlequin (Solenostomus paradoxus)

Poulpe commun de récif (Octopus cyanea)

Raie pastenague masquée à taches bleues (Dasyatis kuhlii)

Raie pastenague masquée à taches bleues (Dasyatis kuhlii)

Sanur Walkway

Seiche de récif (Sepia latimanus)

Squille âgée (Lysiosquillina lisa)

Squille âgée (Lysiosquillina lisa)

Notre séjour en Indo s’est achevé sur les îles Gili, là où nous avions commencé la plongée en juillet dernier avec le club 3W tenu par José. Nous avons passé le réveillon de Noël chez Gauthier (notre tout premier instructeur du club 3W!) et Patricia sa compagne, autour d’un barbecue. Bien sûr, durant notre court séjour aux Gili on n’a pas pu s’empêcher de plonger ! Allez voir dans l’onglet faune et flore, ça vaut le coup d’œil…

Le 28 décembre, nous quittons enfin l’Indonésie (incroyable, non ?!), direction Singapour pour les festivités du Nouvel An que vous découvrirez dans le prochain article !

En attendant, nous vous remercions à nouveau pour vos nombreux messages et vous souhaitons à toutes et à tous une excellente année 2013 !

Catégories : Uncategorized | 8 Commentaires

Bali, l’île des dieux

Beaucoup d’entre vous se demandent si nous allons réussir à quitter l’Indonésie un jour… A ceux-là nous pouvons répondre que oui, un jour… L’avantage dans notre voyage est la liberté, la liberté de changer notre itinéraire suivant nos envies et au gré des rencontres. Nous aurions pu rebaptiser notre « TDA » (Tour d’Asie) en « TDI » (Tour d’Indo), mais que nenni, nous poursuivrons notre route à la découverte d’autres pays. Nous approchons de la fin de notre formation de plongée (divemaster) et avons déjà pris nos billets d’avion pour la suite…

La perle de l’Indonésie est sans doute Bali, une île située au centre de ce vaste pays. Numéro un du tourisme depuis de longues années, Bali séduit toujours de nombreux voyageurs et vacanciers grâce à sa culture unique en Indonésie, ses paysages magnifiques, ses plages, ses lacs, ses montagnes, et comme partout dans le pays, l’accueil très sympathique. Bali se situe entre les îles de Java et Lombok.  Au cours de l’histoire, l’Indonésie fut influencée par le bouddhisme, l’hindouisme, le christianisme et l’islam qui est la religion principale (l’Indonésie est le pays musulman le plus peuplé au monde). Mais bien avant cela, l’animisme régnait en maître absolu et il n’est pas rare de voir encore de nos jours des syncrétismes entre cette croyance et les différentes religions et philosophies du pays. Quant à Bali, elle est la seule à être restée fidèle à l’hindouisme et elle tient bon. Les Balinais vénèrent les dieux et la nature, et on trouve partout des autels consacrés au culte des esprits et des ancêtres, où des offrandes sont faites chaque jour.

C’est sur cette île attachante que nous nous sommes « installés » depuis le 18 octobre dernier, plus précisément à Sanur, charmante petite ville côtière du sud de l’île. « Installés », c’est le mot puisque que nous louons un deux-pièces cuisine avec piscine, s’il vous-plaît, au sein de l’hôtel Bali Diary où nous sommes presque les seuls clients depuis notre arrivée. Notre appart est situé en haut à gauche sur la photo ci-dessous. On s’y sent comme à la maison !

IMG_3482

Tous les jours ou presque, on saute sur notre scooter direction Crystal Divers, le centre de plongée où nous suivons dans la joie et la bonne humeur les cours de divemaster (premier niveau professionnel). Au programme, cours théoriques, exos en piscine et beaucoup de plongées avec des clients de tous niveaux. Les journées s’enchaînent mais ne se ressemblent jamais, comme vous le constaterez dans le prochain article spécial plongée !

On s’est quand même accordé une petite semaine de « vacances » pendant la visite de Karine, alias « la surfette alsacienne », la grande amie de Lolo qui nous a rejoints pendant quelques jours début novembre.

Entre deux sessions de surf à Seminyak sur la côte sud ouest de l’île,

IMG_3583

… on déploie des trésors d’inventivité pour pouvoir flâner à l’œil au bord de la piscine d’un superbe hôtel, juste en face de notre spot !

IMG_3575

Non loin de là, on tombe par hasard sur une cérémonie hindouiste aux abords du temple Pura Petitenget, avec le maître de cérémonie,

IMG_3552

…et les offrandes (notez le « babi guling », un petit Porcinet grillé, miam miam ! Les Balinais adorent la viande de porc).

IMG_3558

Une autre partie de la cérémonie se déroule sur la plage pour vénérer les esprits de la mer.

IMG_3545

IMG_3565

P1070887

Et on admire les couchers de soleil sur l’océan (en arrière plan, un navire américain…?!)

IMG_3585

On part également à la découverte de la péninsule de Bukit, au sud de l’île. Le temple sacré de Pura Luhur Ulu Watu, perché au sommet d’une falaise, est l’un des plus importants sanctuaires de la côte sud dédiés aux esprits de la mer.

IMG_3597

IMG_3615

IMG_3640

IMG_3634

Le port de sarong est obligatoire pour visiter le site. Soleil de plomb et Seb avec son éternel T-shirt qui se retrouve toujours sur les photos… allez comprendre !

P1070953

Et il y a des singes dans tous les recoins !

IMG_3625

Non loin de là, le spot de surf mythique d’Ulu Watu est accessible depuis une grotte.

IMG_3647

Toujours sur la péninsule de Bukit, on découvre la superbe plage de Balangan. On en aurait bien fait notre spot de surf mais en dépit des apparences, le fond de l’eau est recouvert de coraux et malheureusement, on n’a pas le niveau pour ça !

IMG_3672

IMG_3668

IMG_3686

On passe également une journée à Ubud, centre culturel de l’île situé à l’intérieur des terres. C’est l’autre visage du tourisme à Bali, avec ses palais et temples, ses musées et ses spectacles de danse et de musique.

Détail du Palais d’Ubud dans lequel la famille royale réside toujours

P1080042

Offrandes sur un autel à l’entrée du marché

P1080046

Vente d’offrandes dans l’enceinte du marché

P1080052

Karine et Lolo dans le superbe Palais aquatique d’Ubud, le Pura Taman Sarawasti, du nom de la déesse de la Sagesse et des Arts, Dewi Sarawasti.

P1080062

Karine devant le bassin du Palais couvert de lotus

P1080056

Jardin du musée des Beaux-Arts (Puri Lukisan) où sont représentées toutes les écoles d’art balinais

P1080076

Autre site touristique incontournable, le temple de Tanah Lot à l’ouest de Bali. Pour les Balinais, c’est l’un des temples de la mer les plus importants et les plus vénérés. Ce temple daterait du 16ème siècle. Accroché à un rocher, il est battu par les vagues à marée haute.

P1080137

P1080152

Et pour finir, quelques photos prises par Karine (parmi d’autres qui figurent sur cet article), ébahie par la circulation routière…

P1070916

… les vendeurs de fruits ambulants

P1070917

… et la bouille des bébés balinais !

P1080035

Ainsi s’achève le séjour de Karine à Bali, rendez-vous en Alsace d’ici quelques mois autour d’un bon Gewurzt et d’un waedele !

De notre côté, nous terminons notre formation de plongée d’ici quelques jours et quittons très prochainement Bali…

On pense bien à vous tous en cette période de fêtes de fin d’année et de grand froid, et espérons vous revoir après le 21 décembre… mais comme pensait Platon : « L’opinion est quelque chose d’intermédiaire entre la connaissance et l’ignorance ».

Catégories : Uncategorized | 4 Commentaires

Sur les traces des origines vietnamiennes et des créatures préhistoriques…

(Photo prise par notre ami Igor à Sulawesi)

Alors que Lolo rejoint son frangin à Hanoï pour rencontrer pour la première fois leur famille vietnamienne, Seb (qui n’a malheureusement plus de famille au Vietnam) s’envole vers l’île de Florès en Indonésie pour commencer son Dive Master. Décidément, comme nous l’ont fait remarquer quelques lecteurs assidus, notre TDA (tour d’Asie) ressemble de plus en plus à un TDI (tour d’Indonésie) … mais qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !

Hanoï, rond-point de la fontaine Đài phun nước, près du lac Hoan Kiem

Hanoï, capitale du Vietnam située au nord du pays sur les rives du Fleuve Rouge. Après quelques jours à Saïgon, l’arrivée à Hanoï est un peu surprenante. Plus petite et plus authentique que sa grande sœur du sud, Hanoï est une cité marchande vieille de 1000 ans dont le Vieux Quartier en est le cœur historique. On se perd dans le dédale de ses ruelles étroites, le long desquelles s’agglutinent de petites maisons dont aucune ne ressemble à l’autre. Même si ce quartier est devenu touristique, il conserve les traces de son histoire : les rues portent encore le nom des corporations qu’elles abritaient ou qu’elles abritent encore (rue de la soie, rue des ferblantiers, etc.). Et bien sûr, la vie bouillonne partout sur les trottoirs, on peut y manger, se faire couper les cheveux, faire réparer ses tongs (sic!)…

C’est dans ce quartier qu’on s’installe pour quelques jours, dans l’excellent hôtel « Rising Dragon » où le personnel est à nos petits soins quand ils apprennent que nous cherchons à rencontrer notre famille vietnamienne. Nous avons les coordonnées de la nièce de notre grand-mère, Pham Thi Nghi, et de son mari Vu Thuong Giang qui vivent à Hanoï, mais le hic, c’est qu’ils ne parlent pas anglais et que nous ne parlons pas vietnamien. Sensible à notre histoire familiale, la réception de l’hôtel se propose de les prévenir de notre arrivée dans la capitale. Dans la soirée même, Nghi et Giang viennent à l’hôtel pour nous rencontrer et c’est un des réceptionnistes qui assure la traduction ! Malgré la barrière de la langue, la rencontre est chaleureuse et émouvante. Sentiment étrange que de réaliser que des liens familiaux nous unissent alors que nous vivons à 10000 km les uns des autres et que nous ne nous sommes jamais rencontrés auparavant…  Ne savant pas trop par où commencer, nous leur montrons quelques photos de famille pour amorcer la discussion. Le lendemain, nous sommes invités à déjeuner chez eux avec la famille au grand complet. Toujours accompagnés de notre traducteur-réceptionniste (qui termine son service de nuit…), nous nous rendons en périphérie de Hanoï dans la maison familiale où cohabitent plusieurs générations. Les enfants, petits-enfants, frères et autres cousins de nos hôtes sont là et un déjeuner gargantuesque nous attend.

Nghi et Giang au premier plan à droite

Notre traducteur au premier plan

La famille nous questionne sur nos grands-parents et parents, et est surprise d’apprendre que nous vivons tous relativement éloignés les uns des autres. Nous les interrogeons sur leur famille et leurs rapports avec notre grand-mère qui est venue leur rendre visite il y a peu. Lorsque nous tentons de sortir du discours convenu et d’aborder des sujets un peu plus sensibles (rapports actuels entre le nord et le sud du pays, perception des Vietnamiens qui vivent à l’étranger, etc.), le traducteur est un peu réticent et s’empresse de répondre à leur place ou de les aider à répondre… mais qu’importe, nous n’insistons pas, le lien est créé et nous nous promettons de rester en contact.

Photo souvenir avec Nghi et Giang

Nous profitons aussi de ces quelques jours à Hanoï pour explorer le centre-ville et les environs.

La cathédrale Saint-Joseph construite en 1886 par les Français

On fuit l’agitation du Vieux Quartier pour se réfugier au bord du lac Hoan Kiem (ou Lac de l’épée Restituée), l’âme de la ville. Ce lac doit son nom à une légende selon laquelle le futur empereur Lê Loi, qui y pêchait un jour, s’est vu remettre par une tortue sacrée du lac, une épée magique avec laquelle il repoussa l’envahisseur chinois au 15ème siècle. Après sa victoire, Lê Loi rendit l’arme à la tortue qui replongea dans le lac avec l’épée. Il se trouve que le lac abrite bel et bien des tortues, dont une tortue géante appartenant à une espèce quasi disparue !

Alex sur le pont qui mène au temple Ngoc Son situé sur un îlot au nord du lac Hoan Kiem

Entrée du temple Ngoc Son

Des affiches de propagande dans la rue, toujours…

On s’offre aussi une excursion de 2 jours sur la Baie d’Halong, à quelques encablures d’Hanoï. Classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, la Baie d’Halong fait toujours autant rêver. D’ailleurs, c’est la seconde fois pour Lolo qui ne s’en lasse pas. Les bateaux à touristes sillonnent la baie inlassablement, selon une mécanique bien huilée : repas, visites des grottes, baignades, tout est réglé comme du papier à musique. Ceci dit, naviguer sur les eaux émeraudes de la baie entre les montagnes de calcaire immergées (karsts), reste une expérience assez exceptionnelle. Admirez plutôt (merci à Alex pour les photos)…

Notre bateau…

… et notre cabine tout confort !

Les points noirs sur la photo, ce sont des libellules !

Un village flottant

Cette petite escapade marque la fin du voyage pour Alex, pour qui il est temps de retourner dans le froid et la grisaille rémoise.

Avant de quitter le Vietnam, Lolo retrouve le temps d’un dîner, Haï, un ami de la famille de Seb qui vit à Hanoï et qui dirige l’agence de voyage La Palanche, spécialiste des voyages sur mesure en Indochine (www.lapalanche.com). Il est accompagné d’un de ses clients, Serge, un Breton qui arrive de France en… camping-car ! Nous passerons une très bonne soirée autour d’une fondue vietnamienne et d’un alcool local, merci Haï !

Lolo, Haï et Serge

Pendant que Lolo et Alex visitaient le nord du Vietnam, Seb est reparti pour Flores en Indo. En escale à Bali, il savait qu’il devait passer par là pour aller à Labuan Bajo : prendre l’avion à hélices de Merpati (3ème compagnie aérienne d’Indonésie) comme vous pouvez le voir ci-dessous.

En le voyant, on serait en droit de se demander si ce genre d’avion vole encore, mais après un décollage impeccable et quelques dizaines de minutes en l’air, il devint évident que ce type d’appareil fonctionnait très bien. Malgré ça, une alarme s’est déclenchée dans les toilettes faisant crier de peur une touriste et inquiétant d’autres passagers étrangers (Seb compris !). Ce fut un cri vraiment angoissant..!

L’avion survole Bali (ici le Gunung Agung),

Lombok, Sumbawa, Komodo et Rinca, avant d’atterrir sur l’île de Flores à Labuan Bajo, en un seul morceau, ouf !

Ici la baie de Labuan Bajo

Seb est venu dans la ville de Labuan Bajo afin de trouver un centre de plongée pour suivre les cours de divemaster. Le parc de Komodo est très réputé pour sa vie marine et ses plongées qui peuvent relever parfois du défi à cause des courants extrêmement dangereux. Des disparitions ont malheureusement été dénombrées… Malgré ça, c’est l’un des plus beaux sites de plongée au monde. Le parc de Komodo abrite aussi le plus grand lézard de la planète, le Varan de Komodo ou Dragon de Komodo (photos ci-dessous prises sur le l’île de Rinca, juste à côté de l’île de Komodo).

Aujourd’hui, il ne reste que quelques milliers d’individus. Les Varans de Komodo sont apparus il y a 4 millions d’années et sont les descendants des varans qui sont, pour leur part, apparus il y a 40 millions d’années (les dinosaures eux s’éteignaient il y a 65 millions d’années). Ce reptile protégé par la loi indonésienne est endémique d’Indonésie et plus particulièrement de la région de Komodo/Rinca/Flores. Il peut mesurer jusqu’à 3 m de long et sa morsure provoque une septicémie si elle n’est pas traitée à temps.

Nous partons à la rencontre des Dragons avec une dizaine de personnes, accompagnés de deux guides munis de bâtons pour repousser ces animaux sacrés pour les locaux mais parfois agressifs.

Arrivés dans un endroit dégagé, nous apercevons la carcasse d’un buffle sauvage. Il ne reste quasiment plus rien de l’animal. Les Dragons l’ont mordu une semaine plus tôt et suivi jusqu’ici pour le dévorer au moment opportun. Quand nous arrivons à proximité, une odeur très forte et désagréable se dégage des restes du buffle et nous constatons qu’un Dragon juvénile est en train de s’y nourrir. Les petits sont souvent des proies pour les adultes. Pour leur échapper, ils peuvent grimper et se cacher dans les arbres. Celui-ci est donc venu profiter de la fin du banquet une fois les adultes repus.

En continuant notre chemin, nous tombons justement sur des adultes qui semblent bien rassasiés et endormis…

Après cette balade sur l’île de Rinca, retour à Labuan Bajo pour trouver un centre de plongée. Bien qu’étant animé d’une grande motivation, impossible pour Seb de trouver le lieu idéal ici afin de suivre les cours. Tant pis et tant mieux car autant faire le bon choix pour une bonne formation qui dure au moins un mois. Ceci dit, ça ne l’a pas empêché d’aller plonger !

Vue sur le parc national de Komodo… oui c’est immense (des centaines d’îles) !

Après quelques jours sur place, Igor (notre ami Slovène rencontré à Sulawesi) est arrivé de Sumba (autre  île au sud-est de Flores) en traversant Flores. Les retrouvailles furent chaleureuses et nous avons pu déguster avec d’autres voyageurs/plongeurs les meilleures pizzas d’Indonésie, au « Made in Italy », un restaurant tenu par un italien. Mémorable !

Aux environs du 18 octobre, Lolo et Seb faisaient leur jonction à Bali pour continuer leurs aventures ensemble…

Catégories : Uncategorized | 5 Commentaires

Changement de décor, bienvenue à Saïgon !

Vue du Mékong peu avant d’atterrir à Ho Chi Minh City

Changement de décor après presque 5 mois d’Indonésie. Nous voici de retour au Vietnam, pays de nos ancêtres, 5 ans après notre premier voyage ici. Et après l’Indo, quel changement radical en arrivant à Saïgon (rebaptisée Ho Chi Minh City en 1976) ! Hormis le bruit et le trafic incessant où se mêlent scooters, voitures, vélos et pousses-pousses, on a presque le sentiment de se retrouver en France par endroit : grandes avenues propres et aérées, trottoirs, boulangeries, etc. Capitale économique et commerciale du pays, Saïgon est un subtil mélange de modernité, avec ses tours de verre qui n’ont rien à envier à celles de ses voisines malaises ou singapouriennes, et de tradition avec ses petites échoppes à même le trottoir et ses gargottes où l’on mange tellement bien… Autre bonne surprise après l’Indo, Saïgon vit aussi la nuit, au rythme de la jeunesse dorée vietnamienne, des expats et des touristes qui se côtoient dans les bars branchés de la ville jusqu’au bout de la nuit.

On y retrouve notre pote Guillaume, un Savoyard rencontré avec Patrice (un Alsacien) à Sulawesi, qui vit à Saïgon depuis plusieurs années avec sa femme Caroline qui est Indonésienne. Ils connaissent la ville sur le bout des doigts et nous font découvrir Saigon by night ! On retrouve aussi Alex, le frère de Lolo qui, à nouveau en vacances (cf. article sur Java !), parcourt le Vietnam du sud au nord.

Vue de la place Quach Thi Trang et du marché de Bến Thành

Vue de cette même place avec Alex et nous deux

C’est la fin de la mousson dans le sud du pays et quand il pleut, ça ne tombe pas qu’à moitié ! Mais même si on ne distingue plus la route du trottoir, ça n’empêche personne de vaquer à ses occupations, voyez plutôt…

Moins vaillants, on se réfugie bien au sec dans un salon de thé avec un bon café viet…

Et quand la douche est terminée, on part se délecter de savoureux rouleaux de printemps dans une petite gargotte, assis sur de minuscules chaises en plastique… Après 5 mois de nasi goreng, c’est le paradis !!

Là, c’est notre cantine à « Bo Bun », un bol de vermicelles, crudités, porc grillé et nems, le tout arrosé de nuoc mam et parsemé d’herbes fraîches… un régal !

Au milieu des tours de verre, Saïgon conserve de beaux édifices coloniaux, héritage de la présence française pendant près de 100 ans. Ci-dessous l’hôtel de ville inspiré de l’hôtel de ville de Paris …

L’opéra, inspiré de l’architecture de l’Opéra Garnier de Paris

L’hôtel Continental, ancien quartier général des journalistes durant la guerre du Vietnam

La poste centrale…

… dont la charpente métallique fut conçue par Gustave Eiffel.

Au fond, un portrait géant de « l’oncle Ho »…

… qu’on retrouve aussi sur la plupart des affiches de propagande un peu partout dans la rue.

La cathédrale Notre-Dame de Saïgon, construite par les Français sur le modèle de Notre-Dame de Paris

On visite le Musée des Souvenirs de Guerre qui relate les atrocités commises par les militaires américains pendant la guerre du Vietnam, et les souffrances que continuent d’endurer les Vietnamiens suite aux épandages massifs d’agents orange… On en sort forcément remués. A l’extérieur sont exposés des véhicules blindés américains, de l’artillerie, des bombes et des armes d’infanterie.

Au hasard d’une rue, on tombe sur ce temple hindou dédié à la déesse Mariamman

Et pour fêter les retrouvailles avec le frangin, une petite bière de Saïgon dans le quartier routard…

… mais sans sèche séchée, malgré les nombreuses propositions des vendeurs ambulants ! Les Vietnamiens ont l’air d’en raffoler vu le nombre de vendeurs qui passent et repassent !

Ainsi s’achève notre séjour à Saïgon, du moins pour Seb qui, après cette brève incursion vietnamienne, est reparti en Indo pour commencer son Dive Master. Lolo, quant à elle, est restée quelques jours de plus à Saïgon avant de rejoindre son frère dans le nord du Vietnam. La séparation sera-t-elle définitive ? Suite au prochain épisode…

Catégories : Uncategorized | 6 Commentaires

Massacre chez les Toraja…

En quittant Palopo en direction de Rantepao, la capitale du Pays Toraja (Tana Toraja), nous apercevons les premières maisons traditionnelles si particulières appelées « Tongkonan »L’architecture de ces maisons fait penser à celles du peuple Batak de Sumatra (cf. notre article sur le Lac Toba), avec lesquels les Toraja auraient un lien de parenté. Selon certaines interprétations, la forme particulière du toit rappellerait celle des bateaux avec lesquels les Toraja et les Batak naviguèrent jusqu’en Indonésie.

Nous nous sommes installés à Rantepao dans la charmante guest-house Pia’s Poppies, toujours en compagnie de notre ami Igor. C’est l’une des meilleures adresses backpackers que nous ayons faite depuis notre arrivée en Indo : le service y est particulièrement attentionné, la propreté est de rigueur et les repas sont copieux et savoureux (on recommande notamment le double cheeseburger de buffle !).

La visite du marché aux bestiaux de Rantepao est notre premier contact avec la culture Toraja. Ici se vendent des buffles et des cochons destinés, pour la plupart, aux sacrifices funéraires.

Les buffles les plus recherchés sont les albinos, d’une teinte rosée avec les yeux bleus. Bien sûr ce sont les plus chers, pouvant coûter jusqu’à 30 000 euros ! Bienvenues les dettes ! Mais alors quel prestige pour la famille !

Les cochons ne sont pas oubliés pour autant dans cette région chrétienne… Indispensables aux cérémonies funéraires, ils finiront malheureusement comme leurs congénères cornus.

Hé hop ! Ça sent le sapin…

Les clients viennent également choisir dans des enclos, des cochons qui ne sont pas ficelés, sans doute parce qu’ils ne sont pas destinés à passer tout de suite à la casserole…

Un peu moins éprouvante, l’autre partie du marché propose toutes sortes de marchandises, comme du poisson séché…

… et du café Toraja

Pour explorer la région et comprendre cette culture complexe, on fait appel à un guide local recommandé par Ariane et Kobinian, le couple d’Allemands rencontrés aux Togian. Avec Igor et Natalia, une baroudeuse Barcelonaise rencontrée au Pia’s Poppies, nous partons tous les cinq en mob avec Gibson notre guide, pour explorer les environs et assister à une cérémonie funéraire.

Nous faisons une première halte sur un site de « baby graves », tombes pour bébés creusées dans le tronc d’un gigantesque hévéa. Selon les croyances Toraja, les corps des enfants décédés avant d’avoir leurs premières dents sont placés dans des petites cavités creusées dans le tronc d’un hévéa et fermées au moyen d’une feuille tressée, afin que leur âme s’élève vers le ciel en même temps que l’arbre qui grandit.

Non loin de là, un tongkonan (cf. première photo de l’article) et ses greniers à riz attenants sont ouverts aux visiteurs. Le nombre de greniers à riz illustre la richesse de la famille.

Détail du dessous d’un grenier à riz

Le tongkonan est le symbole familial des Toraja et appartient à toute la famille. Il représente le statut hiérarchique et ne peut être vendu. Des cornes de buffles sont parfois accrochées sur la façade (comme sur la photo ci-dessous prise dans un autre village), symbolisant le rang social de la famille. Plus il y a de cornes, plus son rang est élevé.

Nous reprenons la route en direction d’une grotte, lieu de sépulture séculaire. Avant d’y arriver, nous longeons des tombes qui rappellent celles des Batak…

… et des rizières aux abords de la grotte.

La grotte renferme des cercueils contenant l’ensemble des os d’une même famille. Les nombreux ossements que vous voyez proviennent de cercueils brisés et qui n’ont pu être identifiés. Ne pouvant être mélangés à ceux d’une autre famille, les ossements sont disposés ça et là.

Les familles les plus riches font fabriquer des effigies en bois à l’image du défunt, appelées « tau-tau », placées devant la tombe. Pour que le défunt ait droit à sa statuette, au moins 24 buffles doivent être sacrifiés lors de la cérémonie funéraire. Les vêtements des « tau-tau » sont changés, en principe, tous les ans ! Ces statuettes funéraires ont fait l’objet d’un trafic à destination des collectionneurs occidentaux, trafic auquel le gouvernement indonésien a tenté de remédier ces dernières années. Une nouvelle statuette remplace parfois l’originale qui a été volée et nécessite le sacrifice d’un nouveau buffle…

Vous l’aurez compris, la société Toraja est organisée autour de la mort, les funérailles étant le moment le plus important de la vie d’un Toraja ! Durant toute leur existence, les Toraja épargnent pour cet événement à ne pas rater !

Grâce à Gibson, nous avons assisté à l’une de ces cérémonies funéraires, en compagnie d’une bonne brochette de « bule » (rappelez-vous, « bule » prononcé « boulet » = Occidentaux !).

Ces funérailles ont lieu lorsque la famille du défunt a réuni l’argent nécessaire pour l’organisation d’une cérémonie correspondant à leur rang social, et lorsque l’ensemble de la famille, qui peut être disséminée dans toute l’Indonésie, a pu être réunie. Il arrive donc que la cérémonie ait lieu plusieurs mois, voir plusieurs années après le décès. En attendant, le corps du défunt reste dans la maison familiale… Tant que les funérailles n’ont pas lieu, le défunt reste « malade » aux yeux des Toraja, et sa famille le « nourrit » et s’occupe de lui tous les jours.

Quelques semaines avant la cérémonie, des constructions provisoires sont conçues pour accueillir les très nombreux invités. Les cérémonies peuvent durer jusqu’à une semaine et lorsqu’elles s’achèvent, toutes ces constructions provisoires sont démolies, à l’exception d’une ou deux maisons.

Constructions provisoires pour les convives

Le maître de cérémonie

Femmes battant le rythme pour accompagner les danseurs

Un invité surprise ! Hé non il n’est pas Écossais mais Néo-zélandais.

Le corps du défunt est placé dans cette construction et fera le tour du village afin qu’il puisse « voir » ses terres une dernière fois

Après le petit tour d’adieu, le cercueil est placé en hauteur, dans la construction destinée à le recevoir…

… et son « tau-tau » est placé au pied

A titre de comparaison, voici une photo du défunt

Clou des funérailles, le sacrifice des buffles et des cochons, qui contribue sans doute pour beaucoup à l’intérêt porté par les touristes à l’égard de ce type de cérémonie… Selon les croyances Toraja, les esprits des buffles accompagnent  celui du défunt et ce n’est qu’à ce moment là que ce dernier rejoint le paradis, symbolisé par le sud (tandis que le nord représente la vie).

Attention, âmes sensibles s’abstenir…

La viande des animaux sacrifiés finit dans les assiettes (cependant, la famille du défunt ne peut consommer la viande des buffles sacrifiés lors de la première journée). Deux buffles seront égorgés ce jour là. Dès que la bête a cessé de bouger, les bouchers se mettent au travail.

A peine le temps de dire « ouf » que le buffle est déjà découpé…

Après le sacrifice des buffles, les « bule » sont invités à se diriger vers la construction qui leur est destinée…

… pour recevoir la visite de la famille du défunt qui vient nous saluer

D’un côté les femmes…

… de l’autre les hommes

Chacun reçoit un petit présent, pour les hommes des cigarettes indonésiennes (kretek), pour les femmes des noix de bétel et des sucreries. Et pour tous, café, thé et pâtisseries.

Après ces festivités, Gibson nous emmène sur le site funéraire de Lemo, un des plus célèbres de la région pour ses tombes creusées à même la roche et ses tau-tau.

Ainsi s’achève cette journée en compagnie de notre guide dont les explications auront été précieuses pour comprendre cette culture surprenante.

Quelques temps après, nous partons rejoindre pour la journée notre ami Igor, parti s’exiler dans les hauteurs de Rantepao, à Batutumonga, un très paisible petit village de montagne. Sac au dos, nous partons explorer les environs dignes d’un paysage de carte postale avec ses rizières en terrasse jonchées de grosses pierres, et ses petites maisons traditionnelles…

Celui-là ne sait pas encore ce qui l’attend…

Ici aussi, les sites funéraires sont partout, comme ces tombes creusées à même la roche sur le site de Tokomata…

… et ces tombes pour bébés.

Et pour finir, petit bonus insolite avec ces poussins peints à la bombe pour être reconnus par leur propriétaire, pratique fréquente en Indo !

Après notre escapade au Pays Toraja, nous regagnons la ville de Macassar en bus de nuit, où nous y passerons une nuit avant de quitter (temporairement) l’Indonésie, direction … le Vietnam où nous sommes actuellement !

Catégories : Uncategorized | 3 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.